Mobilisation de MDS aux côtés des élu-e-s de la CASQY

Mobilisation de MDS aux côtés des élu-e-s de la CASQY
Ismaïla WANE - Conseiller municipal de Maurepas - / François Deligné - Maire de Guyancourt -

Ismaïla WANE - Conseiller municipal de Maurepas - / François Deligné - Maire de Guyancourt -

Après l'annonce de la fermeture de la maison de la poésie, nous avons souhaité apporter notre soutien aux élu-e-s.

 

Grâce au travail des élu-e-s de gauche Saint-Quentin-en-Yvelines est une réussite. Aujourd'hui, par ses choix politiques, la nouvelle majorité, affaiblit l’action culturelle et sportive de cette agglomération que Maurepas doit bientôt rejoindre.

 

Veuillez trouver, ci-dessous, la lettre des élu-e-s à l'attention du nouveau Président de la CASQY

 

Lettre ouverte au Président de la Communauté d’agglomération de Saint-Quentin-en-Yvelines

Monsieur le Président,

Lundi 27 avril, vous avez dévoilé le budget de votre majorité au conseil d’agglomération. Les craintes que les conseillers communautaires de gauche exprimaient de longue date étaient malheureusement fondées. Avec ce budget, préparé en catimini depuis de nombreux mois et révélé au lendemain des élections départementales, vous faites volontairement le choix de sacrifier les habitants de Saint-Quentin-en-Yvelines en vous attaquant à ce qui a fait l’identité de notre agglomération depuis quarante ans : ses services et équipements de proximité, le caractère social et solidaire de son projet, le dynamisme de ses acteurs associatifs et culturels.

Certes, le contexte économique oblige les collectivités locales à maîtriser leurs dépenses. Mais vos choix auront des conséquences lourdes pour les habitants de l’agglomération. Ils ont été pris sans consulter ni les maires, ni les associations concernées.

Ainsi, la politique de la ville, pourtant compétence obligatoire de l’agglomération n’est visiblement plus votre priorité : vous diminuez les crédits consacrés à la réussite éducative, aux politiques d’insertion, de médiation, de rénovation urbaine… au détriment des familles les plus modestes.

En période de grande fragilité sociale, vous amputez le budget de l’action sociale de 210 832 € !

Le monde associatif, si précieux pour favoriser le vivre ensemble est votre seconde cible : les associations du territoire sont privées dès cette année de 532 250€ de subvention. Vous annoncez même « l’arrêt progressif des subventions aux associations culturelles et sportives ».

Avez-vous mesuré les conséquences concrètes de vos décisions ? Le désengagement brutal de la CASQY menacera l’existence même de nombreuses associations, provoquera une diminution soudaine des services rendus à la population, et l’augmentation des tarifs des associations qui voudront maintenir certaines activités. Vous affichez ainsi votre mépris pour les centaines de bénévoles qui participent à la qualité de vie et donc à l’attractivité de notre territoire.

Vous concentrez particulièrement vos attaques contre le monde culturel, domaine sacrifié qui n’est à vos yeux qu’une variable d’ajustement budgétaire : les financements aux établissements de nos communes sont brutalement réduits d’un tiers. Avez-vous seulement mesuré les conséquences immédiates pour ces équipements, qui ont fixé leur programmation culturelle depuis un an et se sont engagés auprès des artistes et des compagnies ? Assumez-vous de condamner certains d’entre eux à la fermeture pure et simple ?

Dès cette année, vos choix se traduisent par une diminution de :
- 169 504€ pour la Merise et le Grenier à sel à Trappes,
- 72 865€ pour le Scarabée à la Verrière,
- 66 667€ pour la batterie à Guyancourt,
- 50 464€ pour la ferme de Bel Ébat à Guyancourt,
- 42 608€ pour l'Estaminet à Magny-les-Hameaux,
- 21 304€ pour la ferme du Manet à Montigny-le-Bretonneux,
- 11 437€ pour la ferme du Mousseau à Elancourt,
- 9 695€ pour l'espace culturel Deauville à Voisins-le-Bretonneux

À brève échéance, d'autres équipements intercommunaux sont condamnés, comme la Maison de la Poésie et la Maison de l’Environnement.

Où vont vos priorités budgétaires ? Au nom de quoi la culture et le tissu associatif sont-ils sacrifiés ? Chaque Saint Quentinois a le droit de savoir que l’augmentation des cotisations réclamées par les associations, la disparition pure et simple de certaines activités et la remise de tout ou partie de la saison culturelle 2015/2016 d’équipements auxquels nos concitoyens sont attachés depuis des années sont directement la conséquence de votre décision de privilégier dépenses de prestige et projets mégalomanes de transformation de Saint Quentin en Yvelines en Silicon Valley francilienne.

Votre seul et unique argument consiste à incriminer l’Etat. C’est toujours la faute d’un autre. En l’espèce, c’est vous et nul autre qui avez présenté ce budget. Chaque ligne de ce budget vous appartient.

Le rôle des élus locaux est de servir les populations tout en gérant l’argent public avec sérieux. Cela suppose de travailler avec l’ensemble des maires et des associations pour rechercher des pistes d’économies qui préservent l’essentiel.

Aussi, nous vous demandons, Monsieur le Président, par cette lettre de bien vouloir revenir sur les choix budgétaires néfastes que vous avez engagés. Nous avons toujours indiqué notre disponibilité à travailler avec vous, nous réitérons notre proposition pour construire un budget qui n’impacte pas l’avenir de notre territoire.

Nous vous prions de croire, Monsieur le Président, à notre attachement au dynamisme de Saint-Quentin-en-Yvelines.

Les premiers signataires:

Catherine Tasca, ancienne Ministre de la Culture et de la Communication, Sénatrice des Yvelines,

Benoît Hamon, ancien Ministre de l'Education Nationale, de l'Enseignement Supérieur et de la Recherche, Député des Yvelines,

François Deligné, Maire de Guyancourt,

Alain Hajjaj, Maire de La Verrière,

Bertrand Houillon, Maire de Magny-les-Hameaux,

Guy Malandain, Maire de Trappes,

Sandrine Grandgambe, Conseillère Régionale, Présidente du groupe des élus de gauche à la CASQY

Maurepas dynamique & solidaire -  Hébergé par Overblog